PolyNeuros – Projet de thérapie SLA

Polyneuros a mis au point une thérapie spécifique s’attaquant aux effets des agressions radicalaires, infectieuses et inflammatoires, aux facteurs bactériens, viraux, mycosiques…, impliqués dans la chronicité de ces affections. Voici la présentation du projet de thérapie dédiée à la SLA.

 

La SLA ou Sclérose Latérale Amyotrophique

 

La SLA ou Sclérose Latérale Amyotrophique est une maladie Neurodégénérative grave dont l’évolution progressive est responsable de paralysies extensives, conduisant au décès en moyenne 24 à 36 mois après le diagnostic. Dans 70% des cas les causes de décès sont identifiées comme conséquences d’une insuffisance respiratoire restrictive sévère.

Dans le cadre de la SLA, la période entre les premières manifestations cliniques et la confirmation du diagnostic peut-être particulièrement longue ( jusqu’à 14 voir 21 mois).

La SLA est une maladie rare ou « Orphan Desease » avec environ 2500 nouveaux cas par an en France et affecte une population de d’environ 8000 patients sur le territoire national. Le monde du sports de haut niveau est particulièrement touché à l’image de nombreux joueurs de Rugby et de tennis.

Affection touchant plus de 650 000 personnes dans le monde.

L’évolution naturelle aboutit au décès, avec une médiane de 40 mois et des extrêmes de 6 mois à 15 ans.

Cette Maladie se caractérise par l’association de manifestation traduisant la souffrance des neurones moteurs centraux- NMC (hypertonie spastique) et des neurones moteurs spinaux- NMP (déficit de force et amyotrophie) pouvant toucher tous les territoires moteurs des membres (formes périphériques), de l’Oropharinx (forme bulbaire) et du tronc (atteinte respiratoire initiale)

Le traitement proposé par PolyNeuros

PolyNeuroS est spécialisée dans la production de composés de Poly L Lysine (PLL) et leur association avec de petites molécules ( Acide Gras, Antioxydants…) , produits innovants, entrant dans la composition de thérapies prometteuses pour les maladies neurodégénératives et chroniques dites incurables telles que la SLA (Sclérose Latérale Amyotrophique), SEP  (Sclérose En Plaque), Parkinson, etc

Le Traitement est constitué d’un cocktail de conjugués qui permettent d’agir dans les différents processus présents dans la pathologie.

Ces conjugués PLL permettent d’avoir un effet à faible dose, durable dans le temps, sans effets secondaires et d’être administrés par voie orale ou sous forme auto-injectable en sous-cutanée.

En parallèle, nous mettons sur le marché un test non invasif permettant la confirmation du diagnostic et le suivi de la maladie chez le patient (aggravation, stabilisation, amélioration). Ce test est basé sur notre banque de données d’anticorps, anticorps étant le reflet du métabolisme de ces pathologies.

 

Le 9 Mars 2007 une réunion a eu lieu à Londres au siège de l’EMA ( European Medecines Agency).

L’objectif a été de présenter les premiers résultats que GEMAC avait obtenu sur le Traitement de la Sclérose Latérale Amyotrophic (SLA) ou Maladie de Charcot.

Cette réunion a mis en avant les résultats très prometteurs obtenus par la société et l’EMA encourageait GEMAC à poursuivre ses travaux.

Un changement d’actionnaires et de nouvelles priorités ont retardé le dossier. Aujourd’hui un nouvel actionnariat et le dépôt d’un nouveau brevet sur la SLA ont relancé le projet.

Des essais précliniques sur des patients volontaires depuis 2008 ont été réalisés : des résultats très encourageants montrent que plus de 80% des patients sont stabilisés et près d’un tier ont vu leur état s’améliorer et la maladie régresser.

Une demande de dossier « ORPHAN Drug » est en cours de dépôt pour l’obtention d’une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM)

En Parallèle, est mis en place un test non invasif permettant de suivre l’évolution de la maladie et de confirmer un diagnostic avec un simple prélèvement sanguin est lui aussi en cours avec marquage CE

SLA, La technologie de PolyNeuRos :

 

 

 

Légende des numéros:

  • 1- Le Traitement empêche la chronicité due aux infections latentes. De cette façon la libération de toxines et des Lipo Poly Saccharides (LPS) diminue ou est arrêtée.
  • 2-Agis en neutralisant ces LPS et toxines
  • 3- En conséquence arrêt de l’activation immunitaire et de la mort des motoneurones
  • 4- Neutralise les mécanismes radicalaires résultant de l’activation immunitaire
  • 5- Cet effet évite la progression de la maladie
  • 6- Si les marqueurs dans le test sont présents on double la dose car la pathologie est très active
  • 7- Si les marqueurs ne sont pas présents, il n’est pas nécessaire de doubler la dose

 

Les tests immunobilans

Principe des tests base sur la mesure d’anticorps circulants dirigés contre des antigènes précis.

Test biologique de quantification d’anticorps circulants dans le sérum, Mime in vivo les néoantigènes et antigènes démasqués lors des perturbations de l’homéostasie, permet de comprendre certains mécanismes neurodégénératifs et auto-immuns.

Le dosage des anticorps circulants permet :

  • De comprendre les mécanismes physiopathologiques associés aux différentes pathologies étudiées et de visualiser l’évolution de la maladie
  • De définir un ou plusieurs profils spécifiques associés aux pathologies humaines ou à des modèles animaux,
  • D’établir des spécificités en terme de marqueurs associés à une ou plusieurs pathologies pour développer des diagnostics rapides.